La nouvelle gouvernance du sport [CNOSF]

La nouvelle gouvernance du sport [CNOSF]
Lors des vœux du CROS PACA, le président du CNOSF Denis MASSEGLIA a fait une présentation fort intéressante sur les travaux autour de la nouvelle gouvernance du sport.
Voici un extrême résumé de ce qu'il faut en retenir.
Si vous souhaitez approfondir le sujet, vous trouverez >>>ICI<<< une version plus détaillée.
 
•        UNE AGENCE DU SPORT
Bientôt, une agence chapeautera le haut-niveau et développement, avec un lien vers les territoires.
Les moyens sont de 347M, dont 90M pour le haut niveau et 161M pour le développement du mouvement sportif.
Le CNOSF attend une proposition de statuts pour faire des observations. Tout cela prendra un certain temps.
Le code du sport sera ajusté en conséquence, mais il n'y aura pas de mesures ou de loi globale sur la gouvernance des fédérations avant 2025.
 
•        DU HAUT-NIVEAU VERS LA HAUTE-PERFORMANCE
Pour ce qui est du haut niveau, l’agence évalue l’action de chaque fédération et décide seule des moyens affectés.
Le système français permet l’épanouissement des meilleurs espoirs pour leur permettre d’accéder au haut-niveau. 
l'objectif est de passer du haut niveau à la haute performance, que des finalistes deviennent médaillés et que le bronze et l’argent se transforment en or. 
Pour cela, des aides à destination des meilleurs potentiels permettraient une meilleure préparation.
Les sujets de la détection et de l'après-carrière restent entiers.
 
•        LE DÉVELOPPEMENT, LA PRÉDOMINANCE DU PROJET FÉDÉRAL ET DES CLUBS
La pétition a été largement en deçà du potentiel espéré. Le relais des clubs n’a pas fonctionné.
La Ministre a indiqué que les politiques publiques ne devaient pas prendre le pas sur le projet associatif.
Le mouvement sportif a perdu en moyenne 500 clubs par an, tandis que près de 12 000 clubs se créent chaque année.
Il faut des mesures d’accompagnement sinon le nombre de clubs sportifs non fédérés (environ 140 000 aujourd’hui) va dépasser le nombre des fédérés (autour de 160 000). 
En cause, notamment, le lien financier trop territorial, éloignée du dispositif fédéral, et renforcée par le pilotage régionalisé du CNDS. 
Aussi l’éloignement des Clubs du système fédéral, et la difficulté de cohérence entre le projet fédéral et les objectifs de politique publique, contribuent au repli des clubs sur eux-mêmes et à ce que les licenciés ne voient pas suffisamment l’intérêt d’une démarche fédérale.
La reconnaissance du projet associatif et de lui seul, tant au niveau du Club que de la Fédération, doit être la règle.
 
•        LES POLITIQUES TERRITORIALES
Entre elles, les collectivités territoriales sont demandeuses de plus d’échanges, de clarté et de cohérence. Ce sera l’objet de la conférence des financeurs.
La déclinaison territoriale des politiques fédérales de développement est loin d’être acquise. Certaines régions sont plus volontaires que d'autres.
Si cette phase de meilleure adéquation entre politiques fédérales et territoriales de développement prendra du temps, elle est néanmoins porteuse de beaucoup d’espoirs pour les Clubs et les Fédérations.
 
•        2019, ANNÉE DE TRANSITION ET D’ACCOMPAGNEMENT
Le CNOSF souhaite que le mouvement sportif ait un projet écrit, unitaire, volontariste et partagé par tous dans le cadre de la future agence.
Il devra proposer la reconnaissance des diplômes fédéraux pour enseigner contre rémunération.
Le projet sera soumis au vote en assemblée générale du CNOSF du 28 mai 2019. 
Entre temps, lancement de deux consultations :
•        Un état des lieux des fédérations : plans de développement, établis avec les Clubs ou sans, politiques fédérales spécifiques (emploi, sport-santé, entreprises, insertion, etc…). Actualisation de la nature de la gouvernance des fédérations.
La deuxième consultation doit permettre d’établir un accompagnement ponctuel ou dans la durée. L’objectif est que toutes les fédérations soient en situation d’avoir « un plan de développement fédéral » bâti du sommet vers les clubs pour 2020.
De son côté, le CNOSF a prévu de s’engager sur l’accompagnement de la démarche fédérale d’élaboration du projet en concertation avec les clubs, quand ce projet n’a pas été conçu ainsi.
« Article précédent Article suivant » Toutes les actualités