Bénévoles, Volontaires, Salariés...

tous passionnés, tous Professionnels...

  
 
La désaffection grandissante de l’investissement bénévole, découragés par la lourdeur des tâches qui leur incombent, les rend les dirigeants de plus en plus démunis.
 
Questions économiques, comptables, juridiques, administratives, managériales... Les dirigeants, même de bonnes volontés, ont parfois l'impression d'être assaillis de charges, au mépris de la passion première qui a motivé leur engagement.
 
Pour développer l'association, mettre en place des projets, il y a deux sortes de dirigeants:
 
1- Ceux qui arrivent à s’entourer de personnels professionnels en interne ou en externe, avec leurs salariés formés et aguerris ou avec l'aide du réseau des agents de développement (comités, ligue...), qui les accompagnent dans le formalisme demandé et dans le respect de la déclinaison du projet fédéral.
 
2- Ceux qui décident de tout faire tout seul au risque de se perdre dans les méandres d’une gestion technocratique qui risque à la fois de les éloigner du projet associatif et de les démotiver parce qu’ils aspiraient à tout autre chose que cela. Il peut en résulter des difficultés réelles de gestion voire la mise en danger du projet associatif.
 

Etre épaulé, en interne et en externe:

Sur le terrain des emplois, un nombre considérable d’associations aurait des emplois à proposer précisément pour aider les dirigeants dans la gestion quotidienne administrative, financière, comptable ou juridique, dans le développement de la structure, dans la communication etc…
Mais la fonction d’employeur dissuade souvent les dirigeants à embaucher du fait des obligations qui en résultent, mais aussi du décalage entre les formations diplômantes et les besoins réels des associations.
 
Les instances fédérales (comités, ligue) accompagnent au quotidien les projets de professionnalisation des clubs et des comités, répondent aux problématiques soulevées par la gestion salariale, la formation professionnelle, les ressources humaines... (particulièrement en situation de crise).
En PACA, la dynamique fédérale autour de l’emploi s’articule autour de trois points clefs :
 
  • La promotion des techniques et méthodes professionnelles dans le monde associatif, par la formation continue des dirigeants et des éducateurs, la promotion des métiers et la modernisation de la communication.
  • Le soutien à la structuration via la professionnalisation et la création d’emploi, via un travail approfondi sur les priorités économiques et l'accès aux aides spécifiques.
  • La pérennisation des emplois par l'accompagnement de la montée en compétence des professionnels et des dirigeants employeurs.

"Le badminton a besoin d'éducateurs sportifs professionnels pour se développer. La ligue et les comités peuvent vous accompagner vers une formation et un métier de passion ! Mais il est aussi indispensable de former les dirigeants bénévoles et les professionnels sur la démarche de projet, le formalisme des demandes de subventions, la communication, l’éco-responsabilité, la recherche de partenaires, la gestion d’une démarche qualité de club, qui sont des compétences nécessaires à posséder ou acquérir pour le bon fonctionnement des structures. C'est la mission première des agents de développement !"

 
 
Les associations doivent pouvoir bénéficier d’une assistance d’experts pour réfléchir, formaliser et mener à bien leur projet. C’est par la mutualisation des emplois, des moyens et des compétences que ce type de service doit pouvoir leur être rendu.